© Agnès Antonio 2017, tous droits réservés.

Vit et travaille entre Paris et Dinard.


FORMATION


1997 : Admissible au CAPES d’Arts Plastiques.

1987 : Diplôme d’Architecte D.P.L.G.

1981 : Licence d’Arts Plastiques et Sciences de l’Art. Université Paris I, Panthéon-Sorbonne.

1979 : Elève de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.        (Section peinture)



EXPOSITIONS


2017

Exposition personnelle. Novotel Thalassa. Dinard.

du 24 avril au 3 juillet.


2016

Representée  par  la Galerie Collection Privée - Ile Saint-Louis.

21 rue le Regrattier - 75 004 Paris

https://collectionprivee.paris/


Galerie Saatchi - www.saatchiart.com


Collaboration avec WALLWA.com (Chine)


2015

 Exposition personnelle. Espace d’exposition «  l’Arbre  » à Chedigny. (France)

du 7 au 9 et du 14 au 16 Août.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Loisirs/Expos-musees/n/Contenus/Articles/2015/08/09/De-l-objectif-a-la-mine-de-plomb-2427005



2013

Exposition collective Les Hivernales de Paris Est Montreuil 2013.

Du 6 au 11 novembre 2013.


Exposition collective NITROGEN NARCOSIS avec Museum Galery au centre Maurice Ravel.

 Paris 75012.

Du 2 septembre 2013 au 27 septembre 2013.




Accueil Présentation Dessins Peintures Photographies Contact


DÉMARCHE ARTISTIQUE


C’est par l’appropriation de la notion de trace sous toutes ses définitions telles que les empreintes  de la nature ou les marques d’évènements passés dont font parties les ombres , les réminiscences ou les restes en autres, que mes travaux questionnent, à travers différents médiums tels que la photographie,le dessin ou la peinture, la nature éphémère des choses et des êtres, leur impermanence.

Les photographies que je présente  interrogent la représentation.

Quels sont les liens qu’entretient la photographie avec le réel et quelles peuvent être ses relations avec le dessin et la peinture ?

Elles visent également à solliciter la perception, en suscitant  le doute chez le spectateur.

Elles se lisent comme des poèmes visuels. C’est essentiellement la distance prise avec le référent, qui permet de créer ce que j’appelle un entre-deux.

C’est cet entre-deux qui convoque les résonances de la mémoire et où chacun peut se projeter à sa manière que je cherche à donner à voir.